Une relation familiale conflictuelle..

Publié le par Péris Angélique

Il y a de ces relations familiales qui ne trouvent jamais la paix, le pardon et l'harmonie. Sans en connaître les raisons, deux membres d'une même famille peuvent se déchirer, se détruire, se faire souffrir, se haïr aussi, alors qu'extérieurement rien ne semble appuyer cette constatation. Avec le temps les ressentis se sont endurcis, peut-être même que plus personne ne connaît les raisons d'un tel ressentiment, mais peut-être aussi qu'ils sont tellement anciens, qu'il y a des chances qu'ils aient pris racines dans une autre vie. La recherche et la mise en lumière d'une telle relation suffira-t'elle à dénouer ce qui s'est tramé jadis? En tout cas, nous allons essayer d'en comprendre les tenants et les aboutissants.

C'est l'histoire d'une femme qui a divorcé alors qu'elle avait une petite fille d'à peu près 3 ans. Vers les 6/7 ans de la petite fille, cette femme s'est remise en couple avec un homme plus jeune qu'elle de 7ans, sans enfant et tout à fait charmant. Pour se faire accepter et sûrement aimé de sa "belle-fille", il venait la chercher à l'école avec des poches de bombons, faisait le "pitre" à la maison, jouait avec elle à des jeux de "combats" et de garçons, tout en étant juste et strict lorsqu'il le fallait. Une véritable relation et fusion "père à fille" s'était crée.

Puis, les années ont passée, l'éducation s'est resserrée, les exigences du "père" en matière de droiture et d'éducation étaient devenus excessifs. L'ambiance devenait régulièrement lourde et exécrable tellement le "père" était dur, ne laissant rien passé des faits et gestes de la jeune fille. Elle était corrigée par des coups de martinet, des coups de ceinture, des giffles à vous faire pivoter la tête. Des giffles qu'elle devait aussi se donner elle-même sous son regard amusé et qui, si elle n'était pas assez forte, la menaçait de le faire pour elle, lui promettant de lui décrocher la tête. Elle devait se mettre à genoux sur une règle en fer pendant des heures avec les bras sur la tête jusqu'au sang, elle était punie ou privée de sortie à un âge ou l'on a envie de s'amuser et de flirter, elle était suivie, chronométrée sur son parcours scolaire qu'elle devait faire dans un temps imposé et court par le "beau-père". Elle était habillée avec des habits peu cher et souvent déclassés, devait porter des chaussures orthopédiques parce qu'elle avait les pieds plats, plus pour aider le "beau-père" dans sa lutte au regard d'autrui, de son propre accident et de ses conflits intérieurs que par réelle envie d'amélioration pour sa "belle-fille". On lui coupait les cheveux court et à ras pour qu'elle n'attire pas les garçons de son âge. Puis un jour, ils en sont arrivés aux mains et se sont battus créant le fossé encore plus. Une telle violence, haine, et destruction se dégageait de la scène que même la mère qui s'était mise entre les deux, n'a pu calmer le "jeux" et le "je".

Il n'y avait aucune raison à se comporter de la sorte. Il avait en face de lui une adolescente comme toutes les autres adolescentes, sans grand problème, si ce n'est que d'avoir voulu trouver dans le regard de son "père de coeur" une reconnaissance, une protection, une compassion, une place de choix en tant que "fille prise sous son aile", et un amour paternel. Si elle était en rebellion, c'est parce qu'elle ne voulait pas être moulé à son autorité. Elle cherchait par tous les moyens à vouloir s'exprimer, s'affirmer et à prendre sa véritable place, mais certainement pas celle qu'on lui réservait "d'enfant battard".

Un frère est née dans cette bataille "père-fille", d'une différence de 15 ans, et qui a bénéficié de tout l'amour d'un père, enfant légitime du couple, lui !! Plus de 25 ans après, la relation n'existe plus, l'un tolérant l'autre que parce que sous les menaces de sa femme de le quitter, elle exigeait de lui qu'il se tienne et qu'ils conservent des liens avec sa fille à elle, se sentant obligé de la voir et d'entendre sa "belle-fille" et non plus sa "fille". Plus d'échange, plus de dialogue, plus de partage, on sent bouillonner dans ce "beau-père" une onde de colère, de haine et de rancune qu'il retient à l'intérieur de lui pour ne pas faire scandale. On sent qu'il est prêt à exploser à chaque visite, il est rouge, et véhicule une énergie tellement négative envers la fille de sa femme et de son petit-fils avec qui il n'a aucune relation (par projection) qu'il pourrait remplacer la plante verte que cela ne serait pas génant.

Toute sa vie durant, cette enfant, cette jeune fille et cette adulte qui compose l'être en souffrance d'aujourd'hui à grandi et à du se construire par delà l'humiliation, le non-respect, la violence, la manipulation, le rejet, l'abandon, et la peur. Elle a été conditionnée pendant toute son éducation pour incarner la "droiture", la "rigidité", rentrer dans le moule et ne jamais en sortir. Elle était un "bouc émissaire" qui devait porter le poid d'actes ou de paroles familiaux irresponsables et inconscients qui préféraient la désigner coupable plutôt que d'assumer leurs dires.

On est donc en droit de se demander "mais pourquoi?" qu'est ce qui dans la relation entre le "beau-père" et la fille, a permis que cette relation se détériore jusqu'à un point de non retour? A travers la comparaison de leur deux thèmes, nous allons essayer de comprendre leur histoire !!!


Sociable mais intériorisé jusqu’à paraître parfois renfermé, le "beau-père" possède en tous domaines un "instinct de propriétaire" qui aime garder et accumuler. Du signe du Taureau, il ne donne pas spontanément et a besoin de garanties avant de faire confiance. Il aime les plaisirs de la vie, le confort, la "bonne bouffe", doué sur le plan manuel, il écoute plus qu’il ne se livre lui-même. Il peut ruminer longtemps et ressasser des rancunes tenaces voire parfois s’enfermer dans le mutisme et, ses colères, souvent très intériorisées finissent par se manifester très fortement.

Son Soleil natal à lui, est dans la maison VII (union, couple, association) de la jeune fille, ce qui pourrait la pousser à se poser la question de la signification de l'engagement. Comme il est arrivé dans sa vie comme l'image du père et de l'autorité, il a pu insufler à la jeune fille la représentation du "partenaire PATERNEL affectif idéal" sur lequel elle peut compter. Peut-être même l'a t'il été? Toujours est-il qu'il est apparu dans sa vie à elle pour qu'elle prenne conscience qu'elle peut s'appuyer sur son homme/père intérieur à l'image de ce que "ce père" représente pour elle, sans avoir à demander à l'autre (le père) de remplir un manque. Mais bien d'incarner la toute puissance de cette "union" aussi bien intérieur qu'extérieur. Elle pourra à son tour, rencontrer "l'homme" non plus à l'effigie du "père" mais bien en raisonnance avec son être intérieur.

Son Soleil natal à lui, est aussi en bon aspect à sa Lune natale à elle, ce qui laisse supposer qu'il s'est laisser être de nature protecteur envers sa "fille adoptive".

Le Soleil natal de la jeune fille est conjoint au Jupiter et Uranus natals du "beau-père" ce qui renforce la confiance en "soi" de la jeune fille et facilite l'expansion de leur union "père-fille". C'est une relation sous la bonne humeur, où au départ de leur histoire familiale il y avait tolérance, encouragement, confiance et générosité mutuels. Leur attraction est vraiment magnétique mais cela suppose aussi des sautes d'humeurs, des réactions de rebellion ou explosives émotionnelles.

La Lune natale du "beau-père" est conjointe à la Vénus natale de la jeune fille, ce qui révèle qu'au départ de leur histoire familiale, il y avait un bon facteur d'harmonie, de sympathie, de grande affection, chacun ayant de la considération l'un pour l'autre et ayant de nombreux goûts et intérêts communs. En bon aspect aussi à la Lune et au Neptune natals de la jeune fille, cet aspect nous montre une grande compréhension au niveau de leur sensibilité, une communication très intuitive, un lien psychique puissant. Mais le Mars de la jeune fille énerve et irrite la Lune du "beau-père", pouvant amener des conflits, des réactions émotionnelles discordantes et de la violence. La Lune natal du "beau-père" peut aussi mal interpréter les propos du Mercure natal de la jeune fille, pouvant se montrer critique ou impatient envers elle.

Un aspect reliant le Jupiter natal du "beau-père" au Mars natal de la jeune fille peuvent amener des ennuis d'ordres physiques tels que des blessures ou des accidents reliés à l'impatience, à l'impulsivité et à l'agressivité.

Les interaspects entre le Saturne du "beau-père" et les planètes personnelles de la jeune fille se traduisent souvent au début par un sentiment de prudence, voire de méfiance envers l'autre. En général, c'est la personne dont les planètes personnelles sont aspectées ici, la jeune fille, qui se sentira ainsi et sera craintive d'amorcer la relation avec son nouveau "père" comme si, quelque part, elle sentait l'intensité du karma qu'il y a à vivre. Mais sitôt que la jeune fille s'est engagée, elle commence à éprouver un sentiment de sécurité en compagnie de son nouveau "père", sentiment qui ne semble être là que pour les maintenir ensemble le temps que certaines leçons soient apprises. Puis, avec le temps, le Saturne du "beau-père" peut devenir trop critique et autoritaire, refuser à l'autre et notamment à la jeune fille son droit d'évoluer. Alors, cette dernière peut se sentir limitée, mais peut aussi ressentir aussi fortement l'ascendance que le Saturne du "beau-père" a sur elle. Chacun peut avoir l'impression d'avoir une dette envers l'autre (plus la jeune fille dont les planètes personnelles sont impliquées) et ils demeureront ensemble jusqu'à ce qu'elle soit remboursée (ce qui peut se conclure lors d'un transit majeur de Saturne). Les nombreux aspects du Saturne du "beau-père" sur les planètes natales de la jeune fille peuvent révéler un schéma antérieur karmique qui se répète comme ils peuvent signifier un manquement à des devoirs et responsabilités dans le passé qui doit être compensé dans le présent. Cela suggère aussi un grand besoin de sécurité de la part du Saturne impliqué et qui pour l'obtenir, pourra empêcher la jeune fille d'évoluer et de changer.

Le Saturne natal du "beau-père" est en dissonance avec le Mercure natal de la jeune fille, ce qui est très frustrant pour elle. Lui est décourageant, et hypercritique, le Mercure de la jeune fille ne le supportant plus. De ce fait, les buts de Mercure peuvent rencontrer des retards et des obstacles à cause de son Saturne à lui, surtout au niveau des finances, du matériels et de sa vocation professionnelle à elle. Il est aussi en dissonance avec le Mars de la jeune fille ce qui est aussi très frustrant et problématique. Le Saturne du "beau-père" cherche à brimer et à réprimer le sens d'initiative du Mars de la jeune fille au sein du foyer, ce qui cause des problèmes d'ajustement.

Dans leur relation à tous les deux, il se dégage un conflits de volonté (le Mars natal de la jeune fille en dissonance avec le Pluton natal du "beau-père"), où chacun résiste à l'autorité de l'autre, ce qui amène encore et encore des risques et des problèmes de violence physique.

D'autre part, la Vénus natale du "beau-père" positionnée dans le foyer et la famille (maison IV) est en dissonance avec le Pluton et la Lune Noire natals de la jeune fille, et réactive un aspect très destructeur de perversion, de possessivité et de jalousie. La Lune Noire de la jeune fille va lancer un défi à la Vénus du "beau-père". Ainsi, la Lune Noire va pousser la Vénus dans ses retranchements pour qu'elle s'exprime, qu'elle délivre ce qu'elle a sur le coeur. Mais la Vénus du "beau-père" trouve du coup l'Uranus de la jeune fille trop imprévisible et indépendante, cela engendre pour cette Vénus beaucoup de tension et d'instabilité. Il ne montrera jamais l'amour qu'il éprouve pour ça fille "adoptive", il préférera lui montrer toute sa haine, sentiment d'amour distorsionné et mal canalisé.

De plus, le Pluton natal du "beau-père" est conjoint au Noeud Sud natal de la jeune fille ce qui laisse supposer une connaissance antérieure qui laisse un goût de destruction entre les deux. Cela peut représenter un passé assez lourd, dans une ambiance conflictuelle qui s'est manifestée peut-être par un jeux de pouvoir, de rapports de force et de violence. Il y a donc quelque chose à résoudre en ce qui concerne le pouvoir et la violence. Maître du Scorpion en maison II (matériel et finances) chez la jeune fille et en maison XII (karma et des épreuves) pour le "beau-père" , mais aussi maîtrisant le signe du Bélier dont la maîtrise en reviens à Mars, en maison VII (union et associations) pour la jeune fille et en maison V (amour et enfants) pour le "beau-père", il y a quelque chose de l'ordre de la relation soit parent-enfant, soit sentimentale, soit associative professionnelle ou même l'ensemble qu'il faudra déméler. Mars conjoint au Noeud Nord de la jeune fille peut aider à comprendre cette divergente, et à déméler une nouvelle façon de considérer la vie afin d'incarner les valeurs qu'il faudra manifester autour d'elle. Elle est la voie que l'âme s'est donnée pour accomplir son destin. Il lui faudra donc développer des notions de courage, et d'action, ainsi que développer un pouvoir de décision a utiliser de façon consciente et énergétique.

D'ailleurs le Mars rétrograde de la jeune fille indique une mauvaise utilisation de l'énergie dans une vie antérieure, avec des pulsions agressives, des abus, et de la violence aussi. En signe d'air, la jeune fille a pu se décharger dans un combat avec excès et même agitation. La lutte a pu servir à l'affirmation de son individualisme. C'est la marque d'un désordre que la jeune fille va devoir rétablir dans cette vie en apprenant l'acte juste. L'âme a du garder en mémoire le souvenir d'une violence infligée ou reçue parce qu'elle a réagi de façon instinctive ou parce que son combat a été stérile. Elle n'a pas appris à contrôler ses révoltes. Si elle subi les "affres" de son "beau-père" c'est peut être parce que dans une vie antérieure, elle a pu être violente, abusant de sa force, de sa volonté, de son ego (Noeud Nord en Lion) pour faire plier les autres. En rencontrant chez les autres et notamment chez son "beau-père" la violence qu'elle a du lui faire subir dans une vie passée et qui lui revient comme un mirroir, cela l'assujetti à être victime des agressions d'autrui. En maison IV (foyer et famille), la jeune fille semble avoir été marqué par une violence familiale antérieure. Elle risque d'en avoir gardé un ressentiment très profond qui a rejailli dans cette vie-ci. Cela peut expliquer les nombreuses querelles parentales dans son enfance, ainsi que la maltraitance. Cette mésentente familiale a certainement due l'obliger à voler de ses propres ailes très tôt, devant lutter pour vivre et subvenir à ses besoins. Ce Mars conjoint à son Noeud Nord, lui demande donc d'apprendre à contrôler ses réactions violentes de susceptibilité et comprendre que son ressentiment la fragilise et l'empêche de mûrir. Elle doit pardonner...

Comme la maison XII (vie intérieur et épreuves) du "beau-père" tombe sur l'Ascendant (le Moi intime) de la jeune fille, il semble bien que la jeune fille a un rôle à jouer dans cette relation, par raport à sa manière à lui de vivre sa vie intérieure et ses soucis. Cela devrait donc lui permettre de mieux comprendre les problèmes de la jeune fille, s'il s'en donne les moyens!!

Enfin, nous trouvons le Chiron (blessure fondammentale) du "beau-père" conjoint au Noeud Nord de la jeune fille ce qui laisse supposer que la voie de la guérison passe par le chemin d'évolution familiale en maison IV pour la jeune fille et par la communication en maison III pour le "beau-père".

Mais en seront-il capable, laisseront-ils leur ego, leurs souffrances, leur passé derrière eux, pour réconcilier et réparer ce qui a été détruit jadis et enfin libérer leur âme de toute cette violence et de toute cette haine? Pourront-ils dépasser leurs blessures et laisser la part belle à leur âme en se pardonnant mutuellement pour continuer à avancer vers une relation "père-fille" plus harmonieuse et plus lumineuse?

Espérons que chacun prendra conscience des enjeux d'un tel défi et qu'il vaut mieux apaiser les consciences et les pardons tant que chacun fait encore parti de cette vie..

Souhaitons-leur bon courage...

Merci!!!!

Une relation familiale conflictuelle..
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Je vous suis depuis quelques semaines et j'aime beaucoup votre travail. Je laisse un liens si joint qui m'a énormément aidé et qui je l'espère pourra aidé un maximum de personnes. <br /> https://bit.ly/Passerdescrisesalharmoniefamillialeilliale
Répondre
P
Merci Nicolas pour ce lien, merci aussi pour suivre le blog et très bel été, bien à vous :D
M
Merci pour toutes ces informations !
Répondre
P
Merci à vous ;-)