Le mal être de nos jeunes...

Publié le par Péris Angélique

Il est dans toutes les classes sociales, dans beaucoup de familles, riche, pauvres, enfants aimés ou pas. Vous l'avez sûrement vécu. Je l'ai vécu !!!

Adolescente, je n'y mettais pas forcément de mots, je ne savais même pas ce que je vivais, j'étais prise dans la spirale de la vie et à cet âge là, on ne se pose pas forcément de questions. On vit dans une espèce de brouillard, chacun dans son monde et dans l'illusion d'un lendemain meilleur. Je crois qu'on ne se rend pas compte de la réalité des choses, de la vie et en même temps, on a pas la conscience assez aiguisée pour comprendre. On arrive dans le monde et on rentre dans la vie active avec cet air innocent que nos parents connaissent que trop bien, on n'est pas prêt à affronter la "jungle". Personne n'est prêt, et pourtant... On a pas le choix, c'est marche ou "crêve". Bien souvent la "vie" n'est pas toujours tendre avec vous, elle vous bouscule, vous "bride", vous limite, vous restreint, vous pénalise. Elle va rarement dans le sens que vous aimeriez, elle vous fait souffrir, vous arrache à vos rêves d'enfant, à la protection maternelle, à l'encouragement paternel, et ballotés dans tous les sens, elle vous annonce le programme de toute une vie. 

Cela commence de la naissance jusqu'au 7 ans de l'enfant, bercé par l'énergie de la mère, l'enfant s'imprègne de cette énergie de douceur, d'amour, de tendresse, c'est encore le "bébé à maman". Vers 7 ans, il quitte les "jupons" de la mère pour rentrer dans l'énergie du père qui va lui apprendre à entrer dans le "monde" selon sa propre perception des choses et selon son propre vécu. Ici, l'enfant sera confronté à l'opposition de Jupiter et à un carré de Saturne. Il restera dans cette énergie du père jusqu'à, à peu près, ses 14 ans (carré Jupiter / opposition Saturne / sextile Uranus) suite à quoi, il créera sa propre énergie, sa propre "nourriture", en prenant ce qu'il a accepté comme vrai de sa mère et de son père pour en faire sa propre énergie. Il est donc composé de son père intérieur et de sa mère intérieure et c'est de cette façon là qu'il va pouvoir affronter la VIE... C'est à peu près le programme que l'on a tous parcouru, mais comme nous ne sommes par tous égaux devant la vie, le bonheur et l'adversité, certains vivront ces passages dans de terribles souffrances propre à chaque plan de vie et à chaque karma.

Et puis, aux alentours des 18 ans (un peu avant, un peu après, selon les thèmes), c'est le retour de la Lune Noire sur elle même qui correspond toujours à une étape importante dans la destinée du jeune, sans parler du retour des Noeuds Lunaires. Elle vient clôturer un châpitre de son existence, certes, mais elle permet aussi de passer à autre chose. Ce passage ne semble pas vouloir se vivre dans la douceur ou la tranquilité, c'est toujours une épreuve pour nos jeunes, de la même façon que nous avons pu le vivre difficilement et nos parents avant nous et leur parents avant eux.., c'est la loi des répétitions, des cycles et de la vie. Les épreuves vécues pendant cette période correspondent toujours à une manifestation du karma. 

Sous l'influence de ce transit, un jeune de 17 ans se verra poussé à fumer en cachette dans sa chambre d'internat, se fera prendre en flagrant délit, passera en conseil de discipline et sera renvoyé de l'internat pour une semaine. L'énergie de la Lune Noire, 
toujours active et en transit dans sa maison VIII, le poussera 5 jours après, à voler de la nourriture dans un magasin. Il sera prit la aussi en flagrant délit, les parents seront convoqués, car encore mineur, ils en ont l'entière responsabilité. Un enfant, pourtant, normalement sans problème majeur !!! Sa Lune Noire natale est en conjonction avec son Soleil natal, et en revenant sur elle même, cette Lune Noire va l'obliger à s'interroger en profondeur sur lui même, sur certains de ses comportements, sur certaines valeurs, il va devoir faire un tri de ce qui ne lui correspond plus. Une certaine transformation va alors s'opérer en lui. Cette conjonction avec le Soleil natal, donne à cette Lune Noire natal un besoin de s'affirmer, de se construire une image, une identité. Il va s'agir sortir de l'image sclérosante du père, de sa non présence et de sa totale absence. Le jeune n'arrive pas à se trouver dans les yeux de son géniteur, et pour cause, il a à régler une problèmatique avec celui-ci, se construire indépendamment de l'image paternelle et de l'impossibilité à s'identifier à lui. Il doit apprendre à se nourrir seul, à s'individualiser et à se libérer de l'emprise inconsciente qu'exerce le père même par son absence et sa non implication dans la vie de ce jeune homme. Les "manquements" sont lourds, ils font terriblement souffrir parce qu'on s'attend toujours à voir et à croire que l'inaccessible peut, pour une fois, devenir réalité. Déception, tristesse, culpabilité, sont les émotions que le jeune devra dépasser pour permettre un renouveau de sa personnalité et pouvoir espérer une véritable libération.

Cette Lune Noire lorsqu'elle transite la maison XII natale pour un jeune de 17/18 ans peut être source de souffrance. A l'un d'entre eux, elle ne lui aura pas permis d'accéder à la poursuite de ses études,
cette année là, il se sentira isolé, incompris, angoissé et éloigné des autres. Une année sabbatique s'imposera, comme s'il devait vivre cette solitude plus par obligation que par envie. Il en ressortira un sentiment d'insatisfaction, il ne pourra pas faire autrement que de ce laisser porter par les événements. Il aura l'impression d'être dans l'attente, victime de circonstances indépendantes de sa volonté. Tout est long, retardé, ennuyeux et tellement destabilisant. L'univers se chargera de faire en sorte que tout ce qu'il mettra en place, permis de conduire, recherche de petits boulots.., soient inlassablement bloqués ou en tout cas très lent à se mettre en place ou à démarrer. Il recherchera l'approbation de son entourage, une écoute, une compassion. Il aura besoin d'être entouré et compris, pour lui permettre de transmuter et de renaître. Il recherchera l'amour des siens et se sentira souvent dépendant de ne jamais être à la hauteur. Il devra commencer par s'accepter lui même...

Certains vivront impuissant au décés d'un de leur parent, d'autres auront un accident de voiture ou de moto, d'autre encore, s'enfuiront pour échapper à la rigidité paternelle, certains seront amenés à quitter le foyer des parents, d'autres serviront de "punching ball" à leur camarade, parce que différent, timide ou intello. E
t puis d'autres, comme moi, auront été amené à subir les "affres parentales" de violence destructrice, d'aggréssivité, d'abus de pouvoir. Autant de "destructions" extérieure sur ma personne que celle que je pouvais ressentir à l'intérieur...

Aujourd'hui avec le recul, l'expérience, la sagesse en plus (un peu oui, quand même ;-) , les prises de consciences, une partie de moi qui se réveille doucement à la réalité vrai de LA VIE, une autre partie de moi, la trouve absurde. Le sommeil profond dans lequel j'étais si longtemps plongé, et dans lequel une majorité de gens et d'humanité semble tout autant plongé, ne nous permet pas de comprendre tous les tenants et les aboutissants. La vie n'est pas celle qu'on nous chante, elle n'est pas fluide, joyeuse, heureuse, et épanouissante. A partir du moment ou on s'incarne en tant que foetus, le karma et le transgénérationnel est déjà à l'oeuvre prêt à nous faire subir les pires fardeaux. Alors, oui !!! certains le vive mieux que d'autres, j'imagine, mais ceux qui le vive dans de terrible circonstance de souffrance intérieure ou extérieure et même s'ils se transforment, transmutent et rennaissent de leur cendre, ceux-là, que pensent-ils de la VIE ??? N'ont-ils jamais pensé espèrer retourner à l'état de non savoir, d'illusion, de rêve ?? Car, que peut-on dire à nos enfants en souffrance qui empreintent comme tout le monde le chemin de l'épuration karmique et transgénérationnelle ? Que peut-on leur dire lorsqu'on les voit souffrir, se tortiller à l'intérieur d'eux-même dans un mal être que vous ne connaissez que trop bien pour l'avoir vécu ? Que pouvez-vous dire à un enfant qui s'auto-détruit, se s'abotte, se lamente, se perd dans des paradis artificiels, tout comme vous même l'avez expérimenté ? Quel genre de mère un enfant perturbé attend t'il, ni trop, ni moins, un regard, une accolade, un soutien, l'amour totale de sa mère. En tant que "matrice" de votre rejeton, il ne vous est pas possible de rester là sans rien faire et de par votre expérience vous vous devez de leur servir de guide, tant et si vous exercez encore une petite emprise sur eux et s'il vous écoute encore. Être présente dès que votre enfant en ressent le besoin, et même s'il vous rejette, lui montrer que vous êtes toujours là pour lui et avec lui. Communiquer, expliquer, rassurer, protéger sont les valeurs de la maman qui accompagne son enfant dans sa propre spiritualité et sur son propre chemin. Mais, la réalité dépasse bien souvent cette image "galvaudée de la mère parfaite", car beaucoup de jeunes sont livrés à eux-même, obligés de se débrouiller par leur propres moyens, dû à un lâcher prise total des parents, qui se sentent dépassés, n'ayant pas dépassé eux-mêmes leurs conflits intérieurs...

Alors, ces jeunes en souffrance et en mal-être deviennent le reflet dans le mirroir de leur parents dont la souffrance intérieure n'a jamais cessé d'exister. Ils sont la prolongation des adultes, adultes qui n'hésitent pas à leur passer le "flambeau", fatigué, épuisé et aigri d'avoir trop attendu de la vie, dégoutté, déçu et se sentant trahis par elle, parce qu'ils n'ont jamais trouvé réponses en leur fond intérieur et qu'ils se sont senti abandonné et couper de la source.

Le mal-être est un fait de société et nous nous devons d'accompagner, d'aider et de guider nos enfants vers plus de clarté, de compréhension, d'honnêteté, de compassion et d'amour, car, ils sont les adultes de demain, les batisseurs du nouveau monde, ceux qui guideront à leur tour.

Alors, oui, aujourd'hui ils souffrent en leur fond intérieur, oui, aujourd'hui, ils se cherchent comme nous l'avons fait et le faisons encore, oui ils traversent des ombres noires de leur âmes comme nous l'avons fait et le faisons encore, mais, VOUS, vous avez ouvert vos consciences parce que l'évolution du monde vous l'a permis à défaut de vos parents, vous avez tout remis en question jusqu'à vos propres croyances, comportements et agissements, vous avez les moyens, les connaissances, les ressentis et la connexion avec la source nécessaire pour faire de vos jeunes des ponts de lumière...

Alors, aussi dur que soit la vie, ne lâchez pas vos enfants dans la nature, offrez-leur votre soutien quoiqu'il vous en coûte, ils vous ont choisi pour ça...

Merci ;-)

Le mal être de nos jeunes...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article