Encore englué dans l'histoire de ses parents...

Publié le par Péris Angélique

Encore englué dans l'histoire de ses parents...

Je vais vous relater l'histoire d'un homme de 67 ans qui est encore englué dans l'histoire de ses parents et qui faute de ne pas savoir où de ne pas vouloir, subit sa vie plus qu'il ne la crée.
 

Il est Gémeaux ascendant Cancer. Il a donc le signe des Cancer dans l'axe I/VII, axe de parentalité et d'ancestralité, il devra composer toute sa vie avec cet axe, et essayer d'en sortir s'il ne souhaite plus vivre à travers la mémoire des ses aïeux mais bien à travers son propre reflet.

Il se comporte avec les autres en Capricorne, c'est à dire avec rigueur, structure, principe et contrôle. Peut-être a t'il même développé le signe à l'extrème en ayant une relation avec les autres parfois dur et intransigeante. Ainsi, qu'elles que soient ses relations, elles seront toujours teintées de froideurs et d'exigeances, encore plus si celles-ci ne vont pas dans son sens à lui. Cela peut s'expliquer par le fait d'avoir été enfant unique et enfant Roi (Saturne en maison III et en Lion), par un père peu présent et dont le Soleil (représentation du père) se trouve en maison XII et en Gémeaux. Maison des épreuves et du karma par excellence, l'image de son père va le marquer toute sa vie durant. Pas très présent, souvent même absent, il a été amené à travailler beaucoup et à partir souvent à l'étranger, laissant sa femme s'occuper entièrement de leur seul et unique fils.

Sa mère qui est représentée par sa Lune natale, se trouve dans le signe du Taureau, ce qui révèle une mère possessive, exclusive, peut être même respectant peu l'espace personnel de son enfant. Peu démonstrative avec des poussées de colères, elle a pu avoir peur de l'inconnu. Elle a pu avoir peur de manquer et a pu penser que " l'avoir " était mieux que " l'être ". Elle a pu aussi se sentir insensible aux besoins émotionnels de son enfant, ne sachant pas elle-même comment prodiguer de l'amour à son enfant, ne l'ayant jamais vécu de ses propres parents. Ce qui veut dire qu'il a du être en attente de recevoir l'amour qu'il espérait, il avait besoin de se sentir rassuré aussi mais surtout il avait besoin que sa mère lui prouve qu'il était aimé. Or, une enfance mouvementée et révoltée, ont obligé la mère a corriger son fils sans l'ombre d'un remord, ne laissant peu de place à l'amour entre une mère et son fils. Ici, il y a toute une histoire généalogique de perte, de dépossession matérielle, humaine et identitaire qui vont permettre à cet enfant avec une Lune en Taureau d'apprendre à se détacher des pertes et des rancunes. Il est le symbole de tout ce qui n'a pas été avalé par les "aïeux" et de par ses mémoires familiales et fidélisantes, il devrait apporter apaisement auprès de son clan. Quel que soit le message qu'inconsciemment il devait porter pour apaiser son "arbre", aujourd'hui, en regardant sa situation actuelle, on se rend compte qu'il n'a pas compris le message qui devait le délivrer de cet enchaînement.

D'autant plus que sa Lune est conjointe à son Noeud Nord natal, ce qui lui enseigne que c'est la vie émotionnelle qui jouera un rôle important dans sa vie. L'influence de sa mère ou en tout cas l'univers féminin aurait dû jouer un rôle important et positif, or, actuellement, il est seul en train d'essayer de se dépatouiller dans une vie qui ne lui correspond pas du tout. Pas d'ami, plus de femme, pas de famille, il végète tout seul sans but et sans objectif. Cette Lune mettra en avant son goût pour la bonne bouffe (Lune en Taureau), vivant simplement ses émotions et satisfaisant ses besoins.

Ayant son Noeud Sud conjoint au Soleil natal de son père, il semblerait que cette relation père/fils, où en tout cas que leurs âmes aient déjà eut à composer ensemble. Dans sa maison V, maison de l'amour, de la créativité ou même des enfants, quelques chose de fort et de puissants a pu lier ces deux êtres. Or, aujourd'hui, de par son Noeud Nord conjoint à sa Lune natale, on lui demande de composer avec l'aspect féminin, peut être même avec sa mère. Or depuis le décés de son père, il y a deux ans maintenant, il a complètement laissé sa mère livrée à elle-même, lui rendant visite une fois par an et l'appelant de temps en temps histoire de maintenir un certain lien. Lien qui soit dit en passant n'en a que le nom, car quelque chose s'est coupé depuis très longtemps. Du coup, son rapport à la femme est quelque chose de très instable, jaloux, possessif, il aimerait ne vivre qu'en autarcie avec l'être aimé lorsque son évolution passe par l'ouverture aux autres (Lune en maison XI conjoint NN), mais aussi à sa sensibilité.

Un secret pèse lourd dans son arbre généalogique puisque nous avons Neptune natal dans sa maison IV, maison du foyer, de la famille, des racines et des mémoires ancestrales. Quelque chose qui le relie à son père, aux ambitions et à la reconnaissance sociale, mais aussi au rêve et au mythe. Cet aspect pourrait montrer une symbiose familiale peu propice au cheminement personnel, comme une dépendance à sa parenté qui pourrait entretenir le non-dit où le déni qui laisserait à penser que la famille resterait engluée dans des scénarios répétitifs. En dissonance à Mercure natal et Saturne en III, cela pourrait montrer un possible secret en rapport à la fratrie du père de son père, son arrière-grand père. Effectivement, lorsqu'on regarde la carte de son père à lui, il a l'astéroïde Chiron en maison III, montrant une blessure indélibile au niveau de la fratrie. En Bélier, cela peut concerner l'action, la violence, l'agressivité, avec Pluton, on peu parler de "mort" dans la famille, relié à Chiron en maison III, et Mars en maison IX et en pays étrangers, quelque chose qui lie la fratrie a eut lieu et a été source de non-dit et de secret.

De plus, sachant que cette famille a tout quitté lors de la guerre d'Algérie, perdant tout ce qu'ils avaient amassé, construit, gagné et récolté en 1962, il est assez impensable de constaté que 53 ans après, la fille du sujet, arrivé à ses 43 ans comme le grand-père lorsqu'il a tout perdu, a elle aussi tout perdu, se retrouvant livrée à la merci d'aide sociale pour subvenir à ses besoins.

Quant à lui, il a respecté la transmission familiale et ne possède rien, ni foyer, ni famille, ni argent, un marginal qui ne possède rien et qui essaye de vivre au jour le jour sans grande motivation ni intérêt. On dirait qu'il attend la fin pour rendre l'âme.

On parle de non-dit à la première génération, de secret à la deuxième et d'impensable à la troisième.

D'autant plus que son Chiron se trouve dans sa maison V, maison de l'amour, des enfants et de la créativité. Positionné ici, il semblerait qu'il y ai beaucoup de projections provenant le plus souvent de son père à lui. Cela a pu se traduire par des blocages issus d'un don qui n'a pas été accepté par le milieu familial. Il devra reconnaître ses manques, la plupart du temps, transmis par son père pour cheminer vers une reconnaissance de lui-même. Un complexe généalogique pourra le relier à son père et en même temps, en dissonance avec sa Lune natale, il y a de forte chance qu'il se soit senti abandonné physiquement ou psychiquement par sa mère. Il y a tout un travail de reconstruction à faire si cet homme s'ouvrait à autre chose qu'à sa triste vie, enfermé dans un appartement sans but ni foi. Il aurait pu prendre conscience de tout cela à travers ses propres enfants s'il ne s'en était pas détourné. Chiron en maison V parle aussi de cette blessure vis à vis des enfants, mais comme il a aussi son Noeud Sud dans cette même maison et qu'il parle de manque de confiance en soi et de démotivation, il a du mal à aller vers son Noeud Nord (son devenir), et reste figé dans une zone de confort incompréhensible qui le bouffe et le rend certainement malheureux. 

Il doit aller de l'avant, aller vers les autres, en montrant ce qu'il sait faire et en sortant de son cocon. Il doit aller vers son Noeud Nord en maison XI et en Taureau. Peut être garde t'il d'une vie antérieure, un souvenir difficile d'une vie ou il aurait perdu un enfant, un amour, ou autre chose qui fait qu'il a du mal à trouver l'harmonie dans ses vies sentimentales. La peur de l'abandon, des sentiments exclusifs et passionnels en sont peut être la cause. S'il ne prend pas conscience que ses comportements affectifs sont le résultat d'un manque affectif en lui, le destin lui infligera sans cèsse des pertes affectives. Or, actuellement, sa femme est partie, pour la énième fois, le laissant seul, livré à lui-même et vivant reclu sans personne à qui s'attacher où pour le soutenir. Il ne souhaite pas sortir, il ne souhaite pas bouger, il reste enfermé chez lui à attendre que le temps passe. Quelque part, il porte en lui la mémoire du gisant, celle qui demande à rester comme "un mort", et à ne pas vivre. Pourtant ce Noeud Nord en XI, lui demande d'apprendre à avoir confiance en autrui, de se fondre dans un univers plus large, et de s'unir à autrui pour réaliser ce qu'il souhaite au plus profond de lui.

Or, tout ce qu'il est et tout ce qu'il fait n'est que le reflet de son Noeud Sud, il n'est pas arrivé à 67 ans à sortir de sa zone de confort, il porte encore les mémoires de ces ancêtres qui lui demande de porter la souffrance du clan, en ayant rien, il ne perd rien, il ne souffre plus. Or, c'est une absurdité que de croire qu'il faille porter leurs mémoires, il faut remettre à césar ce qui est à césar et s'approprier sa propre vie, par un effet de conscientisation et de travail sur soi.

Mais allez dire à un homme de cet âge là, au sang chaud de se remettre en question pour améliorer sa vie. Il vous virerait de chez lui les pieds devant, vous injuriant de blasphème, et de n'importe quoi. Ce n'est pas vous qui avez raison, d'ailleurs vous êtes une sous "Mer.e" qui ne vaut pas la peine de s'y attarder. Il vous demanderait de passer votre chemin et de vous occuper de vos fesses. Parce que sa vie, sa solitude, ses expériences, ses mémoires transgénérationnelles et tous les obstacles qu'il a du affronter, l'ont rendu aigri, grognon, mécontent, agréssif, n'ayant plus confiance en rien et s'enfermant en lui-même. 

Il baigne encore dans les mémoires transgénérationnelles de son clan. Souhaitons lui qu'il trouve la force de les combattre et d'aller vers son devenir qui est l'ouverture aux autres, la compréhension et la sensibilité, la compassion peut être aussi, mais surtout, qu'il s'ouvre à sa féminité intérieure (le yin) qui assagiera tout son être, pour lui permettre enfin de donner au monde sa propre création, fusse t'il qu'elle dorme au plus profond de son coeur et qu'elle trouve enfin la sortie...

--------

Que nous apprend cette histoire?

Comme je ne cesse de le dire et de le redire, des forces inconscientes sont à l'oeuvre dans nos vies et ne pas les connaître, ni s'en servir pour essayer des les détourner ou de les contrer, nous fait passer à côté de notre chemin de vie, un chemin de libération et de paix intérieure.

Merci ;-)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article