Élocution d’Emmanuel Macron et 1ère incursion de Saturne en Verseau...

Publié le par Péris Angélique

Le 12 mars 2020 est une date qui restera à jamais gravée dans nos esprits d’un point de vue financier avec une chute de 12% pour la Bourse de Paris, la plus forte chute de son histoire puisque comparée à la crise de 2008 elle avait perdu seulement 7,7%, et lors des attentats du 11 septembre 2001 à peine 7,3%, suggérant de ce fait un marché financier et une économie mondiale très impactés par l’étendue de l’épidémie du Coronavirus, mais aussi d’un point de vue sanitaire avec l’élocution d’Emmanuel Macron qui nous a présenté les faits comme la « plus grave crise sanitaire qu’ait jamais connu la France  depuis un siècle ».

En effet, 3 jours après la Super pleine lune du 9 mars qui annonçait entre autre par la conjonction Vénus / Uranus en dissonance à la Pleine Lune conjointe à Neptune, suggérant un imprévu instable et incertain par Uranus, financier par Vénus, suite à l’ampleur de la propagation du Coronavirus par Neptune et amplifiant cet égrégore de peurs, d’incertitude, de flou et d’émotions exacerbées par Jupiter, a obligé notre chef d’État à prendre la parole ce jeudi 12 mars 2020 pour énoncer et annoncer la suite à donner à cette pandémie.

C’est un discours qui se veut « engagé » et qui en apparence dégage une cohésion uranienne proche de l’humain et de son sort, qui est de tous œuvrer ensemble, main dans la main, chercheurs, agents hospitaliers, médecins, sans parler de nous tous, le commun des mortels, en participant à se laver encore mieux les mains que ce que nous faisions auparavant, en respectant un écart entre chacun et en adoptant les bons gestes pour ralentir la propagation. Il parle d’intérêt collectif, d’une communauté humaine, de solidarité et de fraternité, à quelques jours de la 1ère incursion de Saturne dans le signe du Verseau le 22 mars 2020 aux alentours de 2h18.

Pour rappel, le signe du Verseau maîtrisé par Uranus est un signe de liberté, d’indépendance, signe d’humanité et d’humanitaire, ses plans d’actions sont la fraternité universelle, l’instinct de justice, l’ouverture vers le progrès, l’amélioration sociale et la contribution vers le bien-être de ses semblables. Bien qu’il soit un signe fixe, il n’est pas partisan des compromis et des arrangements. Avec lui, c’est tout ou rien et c’est au travers du changement, de la transformation, de la révolte et des réformes que ce signe s’exprime en restant très entier dans ses opinions et ses jugements. 

Mais le signe du Verseau, c’est aussi tout ce qui concerne les réseaux de communication comme l’informatique, internet, la télévision, le télétravail, l’électricité…

C’est ainsi que notre chef d’État ajoute « qu’il faut continuer à gagner du temps et que pour cela, il faut que nous continuions à faire des sacrifices pour notre intérêt collectif. »

Pas étonnant dans ce cas-là que sous ces énergies à venir, très uraniennes, notre chef d’État préconise aux chefs d’entreprise de permettre à leurs employés, lorsque cela est possible, de travailler à distance et qu’il faut intensifier ces prises de décisions au maximum.

Ici, on peut donc remarquer l’ambiguïté des énergies, d’un côté on prône « le tous ensemble » et de l’autre côté le « repli chez soi ». Il ne faut donc pas oublier que le signe du Verseau a une double influence, celle d’Uranus dont il en a la maîtrise mais aussi celle de Saturne, puisque Saturne maîtrise aussi le signe du Verseau. C’est assez surprenant que l’énergie du Verseau, dont chaque Verseau est constitué, se retrouve aussi dans nos représentations extérieures au niveau collectif, avec un courant plus ou moins saturnien, qui donne au natif du Verseau et à l’énergie à venir, une certaine forme de repli sur soi, de prudence, de pondération, de réalisme, d’organisation et de concentration, en nous demandant d’anticiper la crise à venir en limitant nos déplacements au strict nécessaire, et en travaillant depuis chez nous. 

Et l’autre courant plus uranien qui donne des êtres plus intuitifs et sensitifs, indépendants, originaux, inventifs, même marginaux, qui donne finalement à cette énergie Verseau des côtés contradictoires comme la sociabilité et la solitude, le côté progressiste et de l’autre conservateur, le côté intuitif et pragmatique… qui fait qu’on va fermer les crèches, les écoles, les lycées, les universités aussi longtemps que nécessaire mais au moins jusqu’aux vacances de Pâques, limiter les déplacement pour les plus de 70 ans ainsi que limiter les rassemblements à 100 personnes au plus dans un même environnement, mais que les élections municipales sont maintenues pour les 15 et 22 mars, jour de l’entrée de Saturne dans le signe du Verseau,  car comme l’a dit notre chef d’État, « Mes chers compatriotes, je veux vous le dire ce soir avec beaucoup de gravité, de lucidité mais aussi de volonté collective  afin que nous adoptions la bonne organisation, nous ne sommes qu'au début de cette épidémie. » 

Nous sommes dans un plan d’urgence, des décisions doivent être prises afin de ne pas pénaliser les petites et moyennes entreprises. Ce n’est pas le moment de parler de plan de relance, a suggéré notre 1er ministre au lendemain de l’élocution de notre chef d’État.

Finalement, notre chef d’État nous invite à croire en la science, aux progrès et aux innovations.  N’est-ce pas une pensée uranienne qui est de s’intéresser au progrès aussi bien social, de santé publique qu’aux recherches scientifiques ? « C’est d’écouter celles et ceux qui savent ! » nous dit-il, même si l’énergie uranienne veut faire partager ses solutions aux problèmes posés, il n’empêche qu’elle reste aussi fermée aux idées d’autrui…

Il nous met en garde contre la propagation et l’accélération du virus et opte pour le côté visionnaire de l’énergie uranienne à venir, « en augmentant massivement les capacités d’accueil en vue d’une possible deuxième vague et en mobilisant étudiants et jeunes retraités » … Tiens donc ! Le signe du Verseau est représenté par 2 vagues, il symbolise le porteur d’eau qui arrose la terre et l’univers d’un flot continu d’eau qui s’écoule d’une cruche. Son rôle est donc de purifier, de balayer la négativité, les mensonges en vue de rétablir la vérité tout en continuant sa quête d’éveil et de spiritualité. 

Est-ce que cette pandémie a un rôle de purification ? 

Rappelons que Pluton en transit dans le signe du Capricorne est à la fin d’un cycle et qu’il ne se représentera pas de notre vivant (250 ans) dans ce signe-là. Ici, son rôle est vraiment de détruire tous dogmes, principes, vieux schémas, conditionnements, excès en tout genre, privilèges hors normes dont certains ont abusé et abusent encore, mais aussi toutes institutions ou toutes structures bâties sur de faux semblants ou des sables mouvants qui prônent la hiérarchie, l’autorité, la soumission, le harcèlement, le détournement de fonds ou d’argent, des hommes politiques corrompus, des histoires de viol de mineurs jusque dans nos églises, le monde sportif et le cinéma… Bref, notre monde est corrompu, sale, sordide et en déterrant tout cela, Pluton espère nettoyer notre monde du pouvoir absolu, de l’argent et des régimes totalitaires. C’est donc la destruction totale qui est ici nécessaire, jusque dans nos foyers et nos familles, car Pluton est opposé au signe du Cancer, pour nettoyer et purifier nos liens, nos attaches affectives et familiales « distortionnées », autoritaires et destructrices, et tout cela bien sûr en vue d’une reconstruction. 

Finalement, cette pandémie est arrivée au bon moment : depuis le temps que le gouvernement cherchait comment calmer les gilets jaunes, leurs manifestations, leurs révoltes et leur mécontentement, elle a eu raison de notre liberté d’être et de notre libre expression, avec même un recours au 49-3 pour faire adopter la réforme des retraites sans vote - qui n’a fait d’émules qu’au travers de la toile -, laissant la place au rabâchage préventif de la pandémie et à l’importance de la crise sanitaire qui sévit dans le monde. 

Qu’est-ce que cette pandémie nous révèle ?

Ce sont de véritables transformations profondes qui ont lieu pendant le long séjour de Pluton dans le signe du Capricorne, de novembre 2008 jusqu’en janvier 2024, et il ne pouvait y avoir qu’une seule personnalité éprise d’horizons nouveaux, anciennement inspecteur des finances et gérant associé de la banque Rothschild avec un ascendant Capricorne et un MC en Scorpion, pour tout réformer en profondeur, mais surtout pour nous mener tout droit à la déconstruction de l’ancien monde. Et peut-être bien que son rôle s’arrêtera-là, à la fin de son mandat en mai 2022, en ayant réussi à mener la France et l’Europe vers leur destruction massive, parce que pour pouvoir recréer un monde tous ensemble avec de nouveaux concepts et des valeurs différentes plus proches de l’humain, il va devoir prendre et appliquer des réformes dont on a déjà eu un large aperçu avec la réforme du code du travail, de la SNCF, la réforme des retraites, et que dire de celle de l’assurance chômage pour les emplois les plus précaires qui doit rentrer en vigueur le 1er avril 2020 ? Sous couvert de nous faire avancer et évoluer, ces réformes vont nous mener tout droit vers le chaos. 

La destruction est un des fonctionnements que nous avons toujours utilisé, car comment renaître et reconstruire sur un mode nouveau et différent, libéré de toute l’oppression, et de toute l’autorité avec lesquelles le monde s’est construit depuis la nuit des temps, si nous n’avons pas, au préalable, détruit ce qui menace notre liberté d’être ?

Ainsi, lorsque Saturne fera sa 1ère incursion dans le signe du Verseau, il est possible que toute la tension ou toute l’oppression que l’on aura vécue ces derniers temps se relâche car Saturne  qui, pendant tout son transit dans le signe du Capricorne nous imposait des réalités concrètes et des prises de conscience, sera aux prises avec les énergies uraniennes de transformation et il sera alors possible que soient adoptées, peut-être même imposées, de nouvelles réformes en vue de provoquer le changement qui est vraiment de s’ouvrir au renouveau pour reconstruire et créer tous ensemble un monde qui nous ressemble, un monde où chacun trouvera sa place, sans écraser son voisin, ni marcher sur le plus faible, mais où tout le monde trouvera son utilité et sa place juste, tous logés à la même enseigne. Et cela commence aujourd’hui par l’aide apportée à son voisin, ou à sa collègue, en s’aidant les uns les autres, comme par exemple pour faire garder ses enfants. 

Aujourd’hui avec cette pandémie, tout le monde, mais surtout les chercheurs et scientifiques sont sur le pied de guerre afin de trouver un nouveau vaccin « porteur de grands espoirs » nous a dit notre chef d’État ! Tant qu’il ne sert pas à contrôler les masses mais à éradiquer le virus…, il ne devrait pas voir le jour avant quelques mois, bien qu’à priori des prototypes soient déjà à l’essai, mais au vu de l’insuffisance psychologique dont certains font preuve, tout le monde se l’arrachera afin d’enrayer cette peur massive de la contamination et éventuellement de la mort, ce qui risque encore de renflouer les poches de nos lobbies pharmaceutiques, car il faut bien à un moment donné renflouer les caisses. Les recherches scientifiques font elles aussi partie de cette énergie uranienne, la solidarité envers les plus démunis, l’entraide envers les moyennes et petites entreprises « quoi qu’il en coûte » pour sauver nos entreprises. Telle est la décision financière que prendra l’État qui, ne l’oublions pas, a une dette publique, qui au 3ème trimestre 2019 avait dépassé la barre des 100% du PIB, qui sur le coup est mal barré pour atteindre l’objectif prévu des 98,7% du PIB. Mais pas de problèmes nous dit-on, la Banque Centrale, celle qui est habilitée à émettre les billets, pourvoira à nos besoins… 

Les décisions prises par le gouvernement rassurent, sécurisent, ce qui permet notamment à bon nombres d’entreprises, d’employeurs et d’employés, d’envisager l’avenir plus sereinement. Cette solidarité humaine permettra sans doute d’ouvrir nos cœurs, d’être moins tendus sur le matériel, de nous ouvrir à plus d’altruisme et de fraternité, d’apprendre de nos erreurs, et de changer ou de transformer nos comportements, car n’est-ce pas finalement une des raison de notre incarnation que d’élever nos vibrations, de nous ouvrir aux valeurs spirituelles afin de les appliquer au monde matériel et de nous faire progresser les uns les autres simultanément et dans un même élan du cœur et de compassion ? Alors oui, on ne change pas de mentalité en un claquement de doigts, de sorte qu’une majorité s’est ruée au lendemain de l’élocution de notre chef d’État dans les magasins alimentaires afin de remplir leur caddy par peur de manquer ou de pénurie, parce qu’on ne cesse de repasser en boucle et continuellement les mêmes choses. Le discours se veut rassurant, mais assez élogieux pour déclencher inconsciemment une peur panique.

Car finalement, comme le dira notre chef d’État « Ce n'est pas la division qui permettra de répondre à ce qui est aujourd'hui une crise mondiale, mais bien notre capacité à voir juste et tôt ensemble et à agir ensemble. »

Au vu de tous ces éléments, notre chef d’État a eu un discours bien reçu par une majorité, en prônant la solidarité plutôt que de rester solitaire : « Je compte sur nous tous pour inventer dans cette période de nouvelles solidarités ». Est-ce-que ce ne sont pas là finalement les prémices de l’air du Verseau, d’inventer de nouveaux moyens, d’éveiller nos consciences, de se libérer de tout conditionnement et d’être pleinement soi-même, faire des progrès scientifiques, d’inventer de nouvelles technologies, mais aussi d’évoluer de façon à rétablir le lien entre l’Homme, la nature et l’invisible ? Au vu de son discours, on pourrait penser que notre chef d’État s’est entouré d’un bon astrologue pour rédiger son discours, car je vous assure qu’il est très bien tourné.

Il ne souhaite pas fermer les frontières, en tout cas pour l’instant, il prône le tous ensembles en ajoutant « Ce virus n'a pas de passeport. Il nous faut unir nos forces, coordonner nos réponses, coopérer.  Nous aurons sans doute des mesures de contrôle, des fermetures de frontières à prendre, mais il faudra les prendre quand elles seront pertinentes et il faudra les prendre en européens, à l'échelle européenne, car c'est à cette échelle-là que nous avons construit nos libertés et nos protections. » Manque de pot, tous ferment leurs frontières les unes après les autres, République Tchèque, Pologne, Allemagne, Autriche, Italie, Maroc… et je ne vous parle pas des USA ! 

De ce fait, et pour en revenir à la 1ère incursion de Saturne dans le signe du Verseau le 22 mars, l’énergie pragmatique, conservatrice, de détermination, d’effort et de réalité concrète que l’on a subie ou accompagnée pendant tout son transit dans le signe du Capricorne, devrait être soumise à de nouvelles réformes prises dans le sens de la solidarité, ce qui devrait nous permettre de lâcher certaines tensions, de libérer certaines pressions, de façon à commencer à voir certains résultats attendus. D’autant plus que ce 22 mars, la conjonction Mars / Jupiter et Pluton en Capricorne, devrait déployer une énergie d’action ciblée, raisonné et justifiée pour rétablir l’équilibre face à cette pandémie, lorsque de l’autre côté, Saturne qui est en dissonance à Uranus, risque de nous déstabiliser dans le sens qu’on peut se sentir partagé entre un côté très conservateur avec Saturne et un côté transformateur avec Uranus, qui fait que certaines entreprises peuvent ne pas savoir quoi faire, rester ou fermées, continuer, se démarquer ou plier et quitter. Certains peuvent se sentir bloqués, empêchés d’avancer ou d’évoluer, se sentir seuls au monde, ou ne pas se sentir aidés ou soutenus, croyant que la meilleure solution n’est de compter que sur eux-mêmes, alors qu’il nous est juste demandé de changer notre vision intérieure et de nous adapter au renouveau. Après tout, Uranus en Taureau n’est-il pas là pour nous arracher à nos sécurités, à nos possessions, à un certain mode de vie dans lequel on se complaît et qui nous enferme plutôt que de nous faire évoluer ?

Le but de Saturne en Verseau est de poursuivre un idéal fondé sur l’être humain, l’environnement, d’agir en éveilleur de conscience, de revendiquer et de fonder de nouvelles bases, de construire un collectif ou une société qui réponde à l’aspiration de tout un chacun, basé sur des valeurs essentielles et humanistes, mais aussi de coopérer, non plus d’être spectateur du changement, mais de prendre part aux changements, de rénover les lois, de changer les règles. Tout cela peut se faire parfois dans l’impatience ou la précipitation, mais pas dans la dispersion car Saturne veille au grain. Il faudra batailler, fournir des efforts pour atteindre nos objectifs, mais si on a su se remettre en question lorsque Saturne transitait le signe du Capricorne, alors en Verseau, on pourrait avoir de belles réalisations.

Saturne amorcera donc sa rétrogradation le 11 mai 2020 à 1°57 en Verseau, aux alentours de 6h08, pour refaire une incursion dans le signe du Capricorne le 3 juillet 2020 et redevenir direct à 25°20 le 30 septembre 2020, pour repasser définitivement en verseau le 17 décembre 2020.

Ce sera le temps nécessaire pour mettre en lumière des pans de nos vies qui nous causent des frustrations, des insatisfactions, où l’on va se sentir bloqué, limité, retardé, où l’on ne va pas pouvoir avancer comme on le souhaiterait. Certains seront certainement épris de doute, remettant en question certains pans de leur vie et ils auront certainement raison, il leur faudra nettoyer devant leur porte, être plus réalistes dans certains de leurs projets, ou de leurs intentions, ils devront se redéfinir dans les domaines où Saturne rétrograde dans chaque thème, afin d’apporter une solution concrète à ce qui les frustre ou les bloque. Peut-être serons-nous obligés de faire certains sacrifices, afin de restructurer certains pans de nos vies, mais ces sacrifices ne seront pas vains et si nous avons fait les bons choix, si nous avons pris les bonnes décisions et si nous avons pris nos propres responsabilités, alors les situations pourront se débloquer différemment, apportant une évolution positive et plus légère.

Deux jours après, le 19 décembre 2020, Jupiter rejoindra alors Saturne dans le signe du Verseau, pour le soutenir face à la dissonance d’Uranus, et lui apporter plus de force positive, plus de dynamisme, plus d’entrain, lorsque Saturne tend à freiner ;  mais cette combinaison de forces antagonistes pourra nous aider à trouver un certain équilibre pour agir à notre propre rythme, de façon positive avec Jupiter et avec réflexion et sérieux avec Saturne, ce qui nous permettra tous ensemble de réaliser de belles et grandes choses, de concrétiser aussi individuellement certains de nos objectifs, de repartir sur de meilleures bases plus saines, plus respectueuse de notre environnement immédiat. On peut s’attendre à vivre quelque chose qui nous pousse à la nouveauté, au progrès, à construire quelque chose de plus solide, entreprendre de nouveaux projets, plus proches de celui ou celle que l’on est vraiment, car la refonte aura été plus réfléchie, plus sereine, plus réaliste et les structures de nos nouveaux édifices quels qu’ils soient, familiaux, professionnels, relationnels ou amoureux, seront plus ancrés sur le long terme. Beaucoup pourront exploiter leur potentiel de façon plus confiante, d’autres pourront changer de profession, se reconvertir, déménager, changer de vie, car nombre d’entre nous auront compris les enjeux de se rapprocher véritablement de ce qui vibre à l’intérieur de nous et qui nous ressemble.

Finalement, quoi que l’on puisse dire, le discours de notre chef d’État est en apparence porteur d’une nouvelle espérance en rajoutant que « Le temps est à cette union sacrée qui consiste à suivre tous ensemble un même chemin ». C’est ce discours porteur et élévateur qu’il nous faut garder en mémoire, pas ce qui se cache derrière, car si nous sommes un plus grand nombre à porter ces énergies de changement, d’élévation, d’entraide et de solidarité, le monde ne s’en portera que mieux.

Nous sommes en guerre contre cette pandémie, certes, nous sommes tous UN, nous sommes tous des « compatriotes » et nous agissons tous envers un ennemi invisible qui, je le répète et je le souhaite, va pouvoir permettre à un plus grand nombre de remettre les pendules à zéro, de revoir nos priorités, nos valeurs, tirer un enseignement de ce que nous vivons tous afin de changer nos modes de vie. C’est finalement ce que suggère notre chef d’État en disant « qu’il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s'est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour, interroger les faiblesses de nos démocraties. » 

Que l’on croie à ce discours ou pas, que derrière ces belles paroles on croie voir l’arbre qui cache toute une forêt, que tout cela soit de l’enfumage pour nous endormir ou pas, pour calmer nos consciences afin de ne pas céder à la peur (mince, ça c’est loupé !), que nous faut-il retenir ?

Que cette pandémie va pouvoir nous faire réfléchir sur notre véritable échelle de valeurs, en mangeant plus local même si certains le font déjà, en ayant une hygiène de vie plus saine et plus authentique, en dégageant le superflu de l’essentiel, en transformant et en améliorant nos besoins, en changeant notre mode relationnel. Regardez autour de vous, le côté conservateur de chacun d’entre nous avec Saturne, est aux prises avec le côté transformateur d’Uranus, depuis le 1er février et cela jusqu’au 10 juin 2020, ce qui suggère qu’il va nous falloir lâcher ce qui veut partir, ce qui ne fonctionne plus, parfois même malgré nous. Certes, on l’a déjà dit maintes et maintes fois pendant toute l’année 2019 et encore aujourd’hui, eh oui, on essaye de marchander avec la vie, on essaye de contourner les épreuves ou les blocages sans parfois se remettre en questions, en préférant incriminer les autres plutôt que de voir la poutre qu’il y a dans notre propre œil, mais ne vous y trompez pas, Saturne se remettra en dissonance à Uranus à partir du 11 décembre 2020, nous invitant à changer et à transformer ce que nous aurons compris pendant toute sa rétrogradation dans certains domaines de notre vie.

Et peut-être bien que certaines mesures que prendront certaines entreprises pourraient leur sauver la vie, le télétravail peut être une bonne alternative, peut-être même que certains pourraient vouloir le développer davantage après la crise, en permettant à leurs employés d’avoir plus de souplesse dans leur emploi du temps, en permettant à leurs employés de lier leur responsabilité professionnelle à leur responsabilité familiale, en donnant une certaine souplesse tout en maintenant des objectifs. Et peut-être que cela réduirait le taux de burn-out, et mettrait plus en joie chaque employé, leur donnant plus de motivation à se lever chaque matin. Il ne faut pas attendre que toutes nos structures, magasins, bars, restaurant, salles de sport, de théâtre, … ferment comme en Italie pour changer nos modes de fonctionnement et de consommation. Maintenant que nous sommes tous en phase 3 et que tous les commerces et autres utilités publiques non essentiels, hors pharmacies et alimentations doivent fermer leur porte jusqu’à nouvel ordre, sauf les tabacs, parce que c’est essentiel pour les bourses de l’État, peut-être pourrions-nous en profiter pour nous reconnecter à la nature, nous ressourcer, méditer, rentrer en contact avec les parts de nous qui s’interroge et qui ne comprennent pas ou qui sont en colères, et les inviter à déposer leur requête au pied d’un arbre plutôt que de maugréer. Nous pourrions développer notre empathie, notre solidarité, notre écoute intérieure tout en étant disponible aux autres et à leur devenir… c’est s’intéresser aux problèmes sociaux et adopter des positions révolutionnaires… 

Car finalement, ce que certains vont être contraints d’apprendre, grâce à l’entrée de Saturne en Verseau le 22 mars et encore plus grâce à l’entrée de Jupiter en Verseau le 19 décembre, c’est d’unir nos forces aussi bien d’un point de vu mondial que personnel, et tant dans les rapports entre les nations qu’au niveau des contacts humains avoisinants, tout en développant l’altruisme et la fraternité… 

Ça passe ou ça casse, mais comme dans toute transformation, il y a des soubresauts mais aussi de très beaux jaillissements de lumière. Restez alignés, restez confiants, ne vous laissez pas ensemencer par des graines de peur, écoutez vos ressentis, soyez encore plus à l’écoute de vous-même et installez au centre de votre être la paix et la sérénité !

Et je conclurais donc en reprenant l’ultime phrase de l’élocution de notre chef d’État « Le temps est à cette union sacrée qui consiste à suivre tous ensemble un même chemin, à ne céder à aucune panique, aucune peur, aucune facilité, mais à retrouver cette force d'âme qui est la nôtre et qui a permis à notre peuple de surmonter tant de crises à travers l'histoire. »

Vive NOUS,

Vive NOUS tous ensemble !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article